Atelier d’écriture de février

Travail sur les onomatopées, l’emphase, l’épanaphore et les néologismes, soirée riche de rires!

 

L’emphase : 

Claude : Tu es ma maîtresse et je ne suis que ton chien blotti à tes pieds, ignorant le temps qui passe et scrutant ton doux visage dans l’attente de l’ordre aimé.

Simone :  Mon Dieu ! Qu’ai-je fait ! Qu’ai-je pu dire pour mériter cette solitude qui est la mienne aujourd’hui.

 

L’épanaphore

Marie-France :

Encore un matin chagrin

Encore un soir cafard

Encore des heures labeur

Encore des mois sans émoi

Encore des années fanées.

Zib :

On en voit, des vides, on en voit !

Comme on voit des bateaux ivres sur l’océan

Comme on voit dériver les hommes au couchant

Comme on voit des sirènes au soleil levant

Comme on voit dans la nuit des suaires, flottant

Comme on voit sur la mer des nuages voguant.

On en voit, des vides, on en voit.

Les néologismes : Nous avons créé des mots à partir de noms d’animaux et de fleurs, nous les avons échangés, créé leur définition et les avons utilisés dans de courts textes. En voici un exemple.

Claude :  Alors que je pénétrais dans le hall de l’hôpital, mon uschsiach sur les épaules, j’entendis soudain l’épouvantable chuintement des roses atteintes de phanlérose, et ce, dans l’indifférence générale. Car il y avait plus grave : le personnel, on venait de l’apprendre, était atteint depuis peu de rondellenite aigüe. Cette épidémie ancestrale revenait soudain, vraisemblablement due à des pratiques scabreuses inspirées du Malin.

Uchsiach : sorte de ouistiti à forte odeur de pertaluène aligoté. Définition de Claude.

Phantlérose : maladie ravageuse de la rose. Envahie de scribouille phantheuse, et non venteuse, la rose meurt en carbigon à soufflette et enphante des lérots bigloteux. Définition de Zib.

Rondellenite : inflammation des extrémités de doigts de pieds et de mains, qui donnaient à ceux-ci l’apparence de rondelles de saucisson. Cette affection, aujourd’hui disparue, était décrite dans de vieux grimoires de sorcellerie, et on l’attribuait à une consommation excessive de cochon. Définition de Marie-France.

Nouvelle parution : Le Prince Cochon

Article de La Nouvelle République du 29 novembre 2014 :
Les six Tappeurs-Nappeurs

Les six Tappeurs-Nappeurs

« Le Prince Cochon » : les six auteurs-acteurs sont entrés dans la peau des personnages.

Lucie, Lucas, Éva, Adrien, Lola et Clément, six élèves de l’école primaire Jacques-Prévert, ont écrit et illustré ensemble leur premier livre, « Le Prince Cochon », qui sera présenté aux marchés de Noël de Cormery le 7, puis de Truyes, les 13 et 14 décembre.

L’ouvrage a été réalisé dans un atelier d’écriture des nouvelles activités périscolaires, piloté par Zibelyne, auteure de romans, poésies, livres pour enfants, animatrice de l’association Monty-Petons publications (ateliers d’écriture pour enfants et pour adultes).
« Pour «  Le Prince Cochon  », explique Zibelyne, les enfants se sont fait acteurs de l’histoire, inspirée par la fête du cochon à Truyes, qui avait donné lieu à un concours de dessin. Un travail sur les néologismes a permis de créer les protagonistes du conte, gentils et méchants, qui se sont frottés à diverses épreuves afin que le prince délivre sa belle. Les illustrations des élèves, reprises sur ordinateur, ont servi de socle à celles du livre. »
Monty-Petons Publications offre aux co-auteurs un livre et un supplément non commercialisé sur le travail accompli, avec les dessins d’origine. L’ouvrage sera aussi offert aux bibliothèques du village.
La vente du livre (19,90 €), produit à petit tirage, est au bénéfice de l’association, qui fonctionne sans subvention. Elle permettra d’aider à la réalisation du prochain ouvrage, « Le Monstre de l’abbaye ».

L’association exposera livres, toiles et objets détournés et animera gracieusement au marché de Noël de Truyes un atelier découpages, coloriages, masques et lecture de contes sur la scène de la salle Roger-Avenet.