Atelier d’écriture du 21 janvier 2016

Deux sujets pour cet atelier, nous n’avons fait qu’aborder le troisième, qui sera repris lors de l’atelier du 18 février.

1) Définitions de anamnèse, nom féminin

  • [PSYCHOLOGIE]Évocation volontaire du passé que fait le patient.
    • Ensemble des renseignements que le patient donne au médecin au sujet de son passé, de l’histoire de sa maladie.
  • [RELIGION]Dans la liturgie catholique, prière qui suit la consécration et qui rappelle la Passion, la Résurrection et l’Ascension.

Rédigez une anamnèse de votre choix.

Marie-France

Le patient : Je suis né pendant l’occupation, dans une famille de trois enfants dont j’étais le dernier. J’ai un frère et un secret, mon frère ainé, vingt ans de plus que moi, était parti en Allemagne, réquisitionné par le STO. Au moment de ma naissance, mes parents ont connu l’exode. Avec ma sœur, ils sont venus s’installer dans le Sud-Ouest avec ma sœur alors âgée de douze ans. Mon père est entré dans la résistance, et ma mère accueillait des juifs à qui elle faisait passer la frontière pour aller se réfugier en Espagne.

Le docteur : et aujourd’hui, dites-moi, de quoi souffrez-vous ?

Le patient : d’insomnies et de cauchemars.

Le docteur : Depuis quand ?

Le patient : depuis plusieurs mois, je croyais en avoir fini avec ce passé, mais il revient sans cesse, je vois mon frère poursuivi par les nazis, il est embarqué et emmené vers je ne sais quelle destination, les camps de concentration, sans doute, je ne sais plus très bien, je vous dis cela d’après ce que l’on m’a raconté quelques années plus tard, car je n’ai pas vraiment vécu ces années là, puisque je suis un enfant de l’après-guerre.

Je suis très fatigué, je me sens complètement vidé, j’ai même l’impression quelquefois d’être dépressif, je n’ai plus envie de rien, moi qui étais tellement dynamique, tellement plein de vie, je ne comprends pas ce qui m’arrive. Est-ce que vous allez pouvoir faire quelque chose pour moi, docteur ? Des fois, j’ai des idées noires. S’il n’y avait pas mon épouse, mes enfants et petits-enfants, c’est le soleil de ma vie, je crois bien que je ferais des bêtises.

Zibelyne

Bonjour, docteur. Je suis venue vous voir, parce que je m’en vais.

Je suis née en hiver, et, en hiver, il fait trop froid. Je ne peux jamais fêter mon anniversaire en garden-party, c’est irritant. D’ailleurs, je ne me souviens pas de tous mes anniversaires. Est-ce pour cela que je ne vieillis plus ?

Cette maladie de jouvence me donne de l’urticaire, car mon mari, lui, ne cesse de blanchir. Ça a commencé à l’âge adulte. Enfant ? Je ne crois pas. J’ai grandi dans les champs avec les mauvaises herbes, et la friche, ça pousse bien !

Belle plante devenue, j’ai épousé un homme, le premier. Mes jupes en ont rétréci, d’effroi, sans doute. Je me suis remise aux socquettes et aux couettes, jusqu’au divorce.

Là, enfin, j’ai pris un peu d’âge, mais de cheveux blancs, pas. J’ai folâtré, gambadé, déliré. D’ailleurs, j’en perds le fil de mon discours…

Les anniversaires se sont succédé, je restais pourtant jeune. J’ai rétréci, fondu, j’ai maigri, j’étais toute rabougrie de jeunesse !

J’ai vite cessé d’y penser, j’ai oublié, fêtant mes anniversaires au coin du feu après les avoir répétés à l’été. Enfin, mon âge s’équilibrait.

Mais, j’ai recommencé.

Je suis repartie, lasse de ces anniversaires identiques et sans soleil. Je suis presque retombée en enfance. J’étais comme une idiote, à rire, les jupes en l’air. Heureusement, « il » m’a fait pleurer pour que je prenne quelques cheveux blancs. Peine perdue.

Je suis repartie et, depuis, mon corps a compris. Il sait vieillir enfin, mais, ma tête de rebelle ! Elle fait des farces, des crasses, des blagues carambars. Elle ne vieillit pas !

Docteur, est-ce grave ? Puis-je partir dans l’au-delà en gamine pour cavaler, un petit pois dans le cerveau, dites ? Docteur, parce que je m’en vais.

2) Déterminez une séquence de réel, soumise à répétition par des lois qui lui sont extérieures » : repas de famille, Noël, 14 juillet, réveillon, mariage, enterrement, compétition sportive… Quelles en sont les images principales – pivots ? Mettez en page ce rite. Chaque fragment de rituel doit donner lieu à un nouveau paragraphe (5 ou 6 au total), même très court, en terminant chaque paragraphe sur une image fixe. L’ordre peut ne pas respecter la chronologie.

Jacques

La salle était comble. Elle semblait comme retenir son souffle, un peu à l’image d’un ring qui n’attend qu’une chose : l’arrivée des boxeurs ! L’estrade paraissait immense et le petit pupitre, posé sur un côté, bien dérisoire.

La foule faisait des vagues, un peu comme sur l’océan un jour de petite brise. Un murmure monta : il arrive, il arrive ! Il arrivait, en effet. Vêtu d’un costume bleu foncé, d’une cravate rouge, le teint hâlé, grand et décidé il s’avança, s’installa derrière le pupitre.

Les flashes des photographes crépitèrent comme des éclairs.

Il ne parlait pas. Il souriait. La foule l’applaudissait en agitant les bras. Il n’avait toujours rien dit, mais il était là et la salle s’animait comme une mer déchaînée.

Il tapota des deux doigts sur le micro posé devant lui.

— Mes amis, nous sommes réunis et, désormais, plus rien ne sera comme avant.

Une clameur monta.

L’orateur semblait comme un surfeur attendant la vague, la vraie ! Elle déferlait maintenant, et il s’élança dans un monologue dont il avait le secret.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s