Atelier d’écriture du 18 décembre 2014

Jour festif pour se mettre en train avant les fêtes, le dernier atelier de l’année s’est joué ! Un cadavre exquis pour débuter, suivi d’un jeu du dictionnaire que je ne vous retranscrirai pas, vous n’avez qu’à entendre les rires pour l’imaginer… ! Nous avons usé du plié de feuille pour le cadavre, les phrases parfois tronquées ont laissé planer parfois des incertitudes comiques à l’œil…

 

Cadavre exquis 1

 

Pauline

Il avance, ses pieds foulant le sable chaud. Le soleil brûle, il manque d’eau… Pourquoi fait-il si chaud dans un désert ? La langue pendante, il halète comme un chien et manque s’écrouler après avoir buté sur une pierre… Ha ! non, ce n’était pas une pierre, mais un gros cafard… La bestiole rampe, plantant ses grosses pattes crochues dans le sable. Il laisse des petits trous sur son passage !

Zib

« Des p’tits trous, des p ‘tits trous, toujours des p’tits trous ! » Les poinçons tombent dans l’escarcelle du contrôleur qui chante gaiement en semant ses trous.

 Ah ! J’aurai laissé mon empreinte pour la journée — se dit-il en laissant les ronds de papier s’envoler au vent. Les rondelles échappées des trous se répandent.

Monique

Elles roulent dans toutes les directions. « Eh, flûte ! » s’exclame le garagiste, furieux. Il songe d’abord à passer sa rage sur son jeune apprenti, puis se ravise : l’inspection du travail l’a déjà à l’œil

Marie-France

car il avait oublié de pointer à l’embauche, ce qui lui arrivait fréquemment, alors qu’il était régulièrement en retard, prétextant toujours des bouchons imprévisibles.

 

Cadavre exquis 2

 

Marie-France

Un coup de tonnerre retentit dans la nuit. Quelques minutes après, des trombes d’eau s’abattirent sur la vallée charriant dans un déluge de boue incontrôlable, les arbres morts desséchés.

Pauline

Sur leurs branches dépourvues de feuilles, des corbeaux noirs croassent joyeusement. Un cimetière est l’endroit préféré de ces volatiles noirs. Après tout, ne dit-on pas qu’ils accompagnent les morts dans l’au-delà ? Ainsi, ils sont heureux près d’eux.

 

Zib

La frontière passée, ils prennent un nuage rose pour franchir la rivière dorée. Dire qu’ils en avaient rêvé, de voler, et voici qu’ils naviguaient en nuagluchon à voile pour rejoindre les cieux. Les Dieux sont avec eux !

Monique

« Alléluia ! » Tous s’exclament en chœur et se mettent à danser autour du feu. Les couleurs chatoyantes des maquillages jettent de vives lumières à chaque tour et les yeux brillent d’excitation, tandis que les hanches des femmes balancent de plus en plus langoureusement…

 

Cadavre exquis 3

 

Zib

« C’est trop fort ! » La jacinthe remue dans son pot de terre. « Il fait trop chaud, dans cette maison, c’est décidé, je me fais la malle ! »

— La malle ? Mais, Jacinthe, nous n’avons pas de bagages ? Et nous, que fais-tu de nous ?

— Je vous emmène ! Retournons dans le jardin !

— Oh, oui ! susurre la troisième jacinthe. C’est bientôt Noël, allons sous le sapin !

C’est ainsi que toutes trois sortirent du pot de terre.

 

Monique

Justine regarda autour d’elle. « C’est bon, les copines, vous pouvez y aller ! » Lentement, elles s’extirpèrent de leur pot et commencèrent à visiter la maison. De leurs huit pattes velues et de leurs antennes sensibles, elles explorèrent le sol.

Soudain, deux énormes pieds d’humain apparurent devant elles.

Marie-France

Des énormes pieds gigantesques qu’on aurait sortis des bottes de sept lieues, amis aussi velus que ceux de King-Kong, et de surcroît, plein de puces.

Pauline

En vain, il essaya de faire plus de bruit que le gorille. Mais qui peut vraiment rivaliser avec une telle bête ? Tout ce qu’il trouva à faire, c’est de lui donner un bon bain, le badigeonnant de shampoing antipuce avant de le coucher, l’endormant avec une gentille berceuse…

 

Cadavre exquis 4

 

Monique

Il était une fois une jeune femme nommée Cécile. Au cours d’une folle soirée, elle but tant et tant qu’elle perdit la mémoire. Le lendemain, elle se réveilla sur une plage de Madagascar. Un singe lui chatouillait la plante des pieds,

Marie-France

il était mort de rire, n’en pouvant plus de se contorsionner dans tous les sens.

 

Pauline

Elle se retrouva donc tout étourdie, zigzaguant entre les plots. Après quelques tentatives, elle retrouva son équilibre, vacillant encore un peu sur ses pieds tout en se tenant droite.

Zib

Raide comme un piquet de vacher sur un fil, elle rame pour rétablir son équilibre. Traverser l’eau telle Moïse n’est pas simple ! Jamais elle n’aurait dû relever le défi. Qu’importe ! Arc-boutée sur sa trottinette immergée, elle appuie sur la pédale. Majestueuse, elle rejoint la berge du ruisseau et éteint la caméra.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s